STEEL AND DUST

Nom & URLSTEEL AND DUST
Signaler une erreur
Crée le27/06/2015
Ajouté le05/07/2015
ParRavenheart
Résumé

2070, Édimbourg - les dragons et la magie sont de retour, les faës marchent parmi une population déjà  biens diverse, partagée entre humains et machines.

Description longue
Tagsshadowrun, magie, faës, faery, cyborg, cyberpunk, dragons
Ce jeu sur Tour de JeuNon Inscrit
Ce jeu sur SawenNon Inscrit
Avis

Votre ressenti en quelques mots

Ce jeu a 0 avis.

255 caractère(s) restants

Pseudo :

Tapez le code ci-dessus puis appuyez sur Poster.

Description Longue



DS est un forum fantasy/cyberpunk inspiré de l'univers de Shadowrun. Incarnez un faë (être de magie), un humain (normal, augmenté, muté) citoyen ou à la solde d'un conglomérat de méga-corporations. Choisissez votre destin !

______________________




Version courte : Nous sommes en 2070, à Edimbourg. La découverte des dragons et la chute de leur frère Ultraxion a libéré une magie incontrôlable, à l’origine de mutations extraordinaires chez de nombreux êtres humains. D’abord traités en parias, les faës se sont aujourd’hui intégrés dans une société d’hyper-technologie que dirige un conglomérat de méga-corporations. La tension est palpable à Edimbourg. Combien de temps la paix durera-t-elle ?


______________________




Version longue :

L’Evolution. L’Humanité l’a amorcée et propulsée à destination de l’Inconnu ; toujours plus loin, toujours plus fort, comme une locomotive furieuse s’élance vers l’horizon, privée de tout frein et exempte, en pleine ascension, de tout pilote. Car désormais, plus personne ne sait vraiment où on va, et plus personne ne semble à même d’exercer ne fus-ce qu’une once de contrôle sur cette machine infernale. Elle file à toute vitesse, s’engageant sur des voies toujours plus bancales, toujours plus dangereuses.
L’Humain est devenu une espèce de pièce d’argile que la science remodèle encore et encore. De l’amélioration génétique à l’implant biotechnologique, en passant par l’injection de substances dopantes, la frontière censée séparer la créature du Créateur Suprême ne cesse de s’estomper. Un conglomérat de méga-corporations s’est approprié le Feu Divin, y a gravé son nom en sus d’un prix, s’enrichissant infiniment…au point de devenir une puissance insidieuse, qui tient les petites gens comme les gouvernements.
Elles prospéraient, ces entreprises. Diable, qu’elles prospéraient ! Elles grandissaient tellement qu’on ne voyait plus qu’elles. La formidable tour de verre de Pinxit Industries vous nimbait de toute sa puissance, et ses agents vous observaient, vous traquaient, vous éradiquaient s’il vous arrivait ne fus-ce que de contrarier la sacrosainte parole de leur employeur.
Et puis, on les découvrit aux confins du monde. Les dragons. L’un d’eux s’éveilla, semant la terreur et la destruction, brûlant implacablement les édifices de ces nouveaux –faux dieux, imposant sa présence et rappelant que ce monde n’appartient pas à une poignée d’êtres humains véreux. De lourds dégâts furent encaissés, de lourdes pertes essuyées…mais une fois l’effet de surprise évaporé, les humains se défendirent. Sentinelles mécaniques, défenses automatiques, crachèrent à leur tour un feu mortel, mitraillant inlassablement ces infâmes monstres volants. Un rugissement de douleur glaça l’âme de toute une population retenant son souffle, dénonça sa chute. L’ombre de sa prodigieuse carcasse apparut encore plus formidable, là, derrière les nuages cendrés. Et longuement elle chuta, se consumant petit à petit en un millier d’escarbilles fumantes. Seul son squelette sanguinolent atteignit le sol, démantibulé, chaque os éventrant plus encore quelque malheureux débris.
Son essence, sa magie vivait toujours. Telle celle de ses frères endormis, elle investit de nouveaux hôtes. Des humains qui mutèrent, devinrent des monstres. Ce fut l’Eveil, un véritable drame à l’allure de cataclysme, augurant un destin plus funeste encore. La magie envahit les villes, l’effroi tétanisa la population toute entière. On tenta de gérer la situation, envoyant ces victimes malheureuses à l’ombre des murs de quelque asile prétendument désaffecté, et transformé à la va-vite en centres spécialisés. Le temps de trouver une solution, disait-on, d’étudier la question.
Bientôt, les « mutés », n’acceptant plus d’être traités comme des monstres, se rebellèrent. On mit à bas les asiles, on protesta avec véhémence ; l’ordre public vola en éclats, les autorités ne parvenant plus à gérer les débordements. Le Conglomérat envoya ses agents supplanter la police et calmer les ardeurs des faës, les émeutes se noyant dès lors dans le sang. Seule l’intervention du Gouvernement tranquillisa la foule et évita un véritable conflit civil. Les Lords accordèrent la citoyenneté aux faës ; d’une main votèrent de superbes lois censées à les protéger et de l’autre, déléguèrent les missions de sécurité au Conglomérat. Des missions soigneusement remplies, voire un tantinet teintées d’une once de zèle.
Une espèce de paix instable règne à Edimbourg. La plupart des faës coule une existence paisible, d’autres se montrent plus agressifs, désossant de l’androïde à même quelque coin sombre. Le Conglomérat répond implacablement à toutes les agressions, enfermant ces fauteurs de troubles entre les quatre murs de ses inquiétants camps de redressements.
Bienvenue à Edimbourg. Nous sommes en 2070, dans un monde de grandes innovations et de lourdes conspirations. Magie ou technologie ? A vous de choisir.

Revenir en haut